Arara Tour logo

Interview avec le consul de Pologne

Polish flagNous présentons une entrevue avec le consul de Pologne en Arménie M. Yablonsky. Au cours de l’entretien, il a partagé son opinion sur l’industrie touristique de l’Arménie

-M. Yablonsky, comment les touristes en provenance de votre pays évaluent la sécurité en Arménie?

-Les citoyens polonais peuvent se familiariser avec les informations pratiques sur les voyages en Arménie (dans d’autres pays aussi) dans le portail Internet « Un Polonais à l’étranger» (https://polakzagranica.msz.gov.pl/), dans sa version mobile « iPolak» et sur le site de l’Ambassade de Pologne à Erevan. L’ambassade surveille la portée des informations et met à jour le contenu.

Nous estimons que le niveau de menaces pour les touristes en Arménie est modéré. Pour des raisons apparentes nous décourageons nos citoyens de voyager sur les territoires border-line. En attendant, nous informons que l’Arménie est un pays hors de danger en termes de menaces criminelles communes. Nous prévenons aussi les touristes qui planifient des vacances dans les montagnes d’être informés de la présence de serpents et de scorpions venimeux.

-Quelle sorte de plaintes obtenez-vous des touristes polonais concernant leur séjour en Arménie? -Est-ce qu’il y a des problèmes en Arménie qui doivent être résolus pour attirer plus des touristes Polonais?

-Pour répondre à cette question il faut noter que l’Arménie ne reçoit  pas un soi-disant  “tourisme de masse”. La majorité des touristes polonais voyagent de manière autonome. Leurs besoins diffèrent nettement des attentes et des besoins des grands groupes qui traversent le pays par les autobus. Afin de rendre l’Arménie plus attrayante pour le tourisme de masse, il faut offrir de meilleures conditions pour le prix raisonnable et une multitude d’attractions. Par conséquent, les investissements dans l’infrastructure matérielle sont obligatoires: les routes, les hôtels, les points d’informations, ainsi que de la publicité. Il est essentiel de créer des programmes de séjour intéressants et diversifiés, où l’Arménie serait présenté non seulement comme un pays où on peut visiter un bon nombre d’églises, mais aussi comme un pays où on peut prendre des bains de santé dans des sanatoriums, se promener, monter à cheval dans les montagnes, voir les perles de l’architecture moderne et soviétique et se familiariser avec les techniques traditionnelles de production de produits locales, comme fromage, lavash, miel, vin, cognac, vodka.

Avant d’accepter la mission de consul en Arménie, j’étaient venus ici plusieurs fois en tant que touriste « sac à dos »,  je crois que j’ai donc une certaine légitimité à parler des problèmes de base que je rencontrais.

Une question complètement fondamentale est le manque d’informations sur les attractions existantes, ainsi que le potentiel inexploité de la nature et du paysage du pays. Il y a beaucoup de sites uniques et magnifiques en Arménie, mais ce n’est pas facile de se renseigner sur leur existence. Alors que les sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO sont documentés dans les guides touristiques et décrits sur les pages Web, la recherche des informations sur d’autres attractions touristiques est assez complexe.

Dans de nombreux cas, l’arrivée à un endroit n’est possible que par son propre véhicule ou par un taxi, parce qu’il n’y a aucun moyen de transport de masse. Une bonne idée serait d’organiser un certain nombre de minibus pendant la période de pointe estivale, ce qui pourrait amener les touristes du centre d’Erevan à plusieurs endroits touristiques les plus importants (Garni / Geghard, Sevan, Khor Virap, Etchmiadzin, etc.).

Il est aussi difficile de trouver des informations suffisante sur les musées et leur fonctionnement (heures de travail, les prix d’entrée, etc.), en particulier en dehors d’Erevan. Leur offre est également souvent présenté exclusivement en arménien. De même, il est difficile d’obtenir des informations sur les sources d’eau chaude, des stations thermales, des églises moins connues, des forteresses, des «miracles de la nature » existante, etc.

Malheureusement, l’Arménie n’utilise pas pleinement son potentiel, qu’elle pourrait offrir aux touristes amants de repos actif. C’est une surprise pour un touriste polonais, que, malgré tant de sommets de montagne en Arménie, il y a peu de sentiers accessibles pour les randonneurs. La randonnée est seulement une partie de repos actif, qui pourrait être développé en Arménie. Il y a aussi de bonnes conditions pour l’alpinisme, l’équitation, le rafting, le parapente, la planche à voile, et sûrement pour les activités les plus extrêmes, comme la plongée et la spéléologie. Je peux aussi imaginer l’exploitation d’anciennes zones industrielles pour l’organisation de tournois merveilleux en plein air, par example, paintball, ASG, ou d’autres jeux sur le terrain.

Bien sûr, il y a des entrepreneurs en Arménie, qui sont engagés dans la location de l’équipement sportif et touristique (VTT, matériel d’escalade, canoë, ski équipement etc.) mais il faut être extrêmement déterminés, pour trouver leurs offres et connaître leur existence.

Il est également très difficile de trouver une carte topographique précise de l’Arménie. Les touristes doivent acheter des publications étrangères, qui couvrent généralement l’ensemble du territoire du Caucase du Sud et sont généralement peu précises, ou obsolètes.

-Est-ce que l’Arménie est perçue positivement comme une destination touristique pour les citoyens polonais? Peut-on dire que les polonais aiment à visiter l’Arménie? Existe-t-il des statistiques indiquant le nombre de touriste polonais en Arménie?

-Généralement, au cours des dernières années, le nombre de Polonais qui visitent l’Arménie a augmenté. A partir de 2010 jusqu’en 2014 il y avait un quadruplement du nombre de visites de citoyens polonais

-Comment évaluez-vous l’abolition du régime des visas? А votre avis, cette mesure avait un impact positif pour attirer les touristes en Arménie?

-C’est évident que l’élimination des obstacles à voyager, favorise la croissance du tourisme entrant. Mais je ne voudrais pas surestimer l’importance de ce facteur. L’attractivité du tourisme n’est pas estimé par l’existence ou l’absence de régime de visa, mais par une offre au sens large pour les visiteurs. On peut citer de nombreux exemples de pays, qui, malgré le maintien de l’obligation de visa reste attrayant pour les touristes.

– Si vous n’étiez pas un employé d’Ambassade, l’Arménie serait-elle une destination touristique attrayante  pour vous?

-Comme je l’ai mentionné précédemment, avant mon travail a l’Ambassade je eu la chance de visiter ce pays à plusieurs fois, je revenais ici pratiquement chaque été. Je peux dire, que l’Arménie m’a enchanté par la beauté de sa nature et l’hospitalité de ses habitants.

-Quelles régions et parties de l’Arménie sont la plus attractive pour les citoyens de votre pays? -Dans quels cas les Polonais viennent-ils à l’ambassade?

-Les touristes Polonais en Arménie viennent généralement à l’ambassade dans deux cas. Le premier concerne la désagréable expérience de perte ou de vol de documents. Ensuite, le consul a la possibilité de délivrer un passeport temporaire pour le citoyen dans un mode express, qui lui permettrait de revenir à l’endroit de résidence permanente. Le deuxième groupe est en lien avec l’accueil des touristes, ce qui est une mission beaucoup plus agréable. Ils viennent nous demander des informations touristiques, par exemple, d’où à Erevan les minibus partent pour Garni ou Sevan, quand le train à destination de Tbilisi quitte-il Erevan, quels plats nationaux faut-il goûter, combien coûte le taxi etc. Beaucoup de ces questions indiquent, qu’il existe des difficultés objectives à trouver des réponses sur Internet.

-Que conseilleriez-vous aux citoyens polonais visitant l’Arménie à voir et à goûter en premier?

-Afin de répondre à cette question correctement, on doit savoir quelque chose sur une personne à l’avance (par exemple, ses préférences, l’expérience de voyage précédente, des transport préféré, et même l’état de santé). A Erevan, je recommande visiter obligatoirement le Musée de Sergey Paradjanov, le Musée du génocide, ainsi que l’usine de cognac. En outre, il sera bon de faire une promenade du soir au centre d’Erevan, grimper la Cascade, ainsi que de se rendre dans plusieurs restaurants et pubs.

Une personne, lors de sa première visite en Arménie devrait certainement aller au lac Sevan, voir la forteresse Amberd sur les pentes du mont Aragats, faire un tour à la vallée de Debet, visiter les temples de Garni, Geghard, Khor Virap, Noravank et Tatev.

Il faut aussi goûter plusieurs plats traditionnels: légumes marinés, assortiments de fromages locaux, dolma, délicieux poisson frit local. En arrivant au laboratoire d’astrophysique Aragats il faut goûter khash (dans ce cas souvent la première fois devient la dernière, mais je pense, qu’il faut absolument l’essayer).

 

Commentaire

*